L’impuissance masculine ou trouble de l’érection.

Prostatectomie : Les conséquences de l'ablation de la prostate

Réeducation pénienne
0 commentaire 29 février 2020

Traitement généralisé des cancers de la prostate localisés, la prostatectomie, ou opération de la prostate entraîne des effets secondaires touchant à l'intimité masculine. Comprendre les effets secondaires et s’y préparer reste indispensable avant d’envisager une intervention.

L'ablation de la prostate est une prostatectomie

La prostatectomie ou ablation de la prostate reste : « un traitement de référence des cancers de la prostate localisés à risque faible et à risque intermédiaire » selon le guide d’information de l’Institut National du Cancer publié en 2010. Dans ce même document, l’opération de la prostate est indiquée en cas de cancer de la prostate localement avancé, avec atteinte de ganglions voisins, ou avec une propagation des métastases dans d’autres parties du corps.

Qu'elle que soit la méthode opératoire choisit (rétropubienne, périnéale ou par cœlioscopie) les sphincters, comme les nerfs caverneux subissent une altération à différents degrés. Comme tout acte chirurgical, l’ablation totale de la prostate entraîne des soins post opératoire. La cicatrisation, inférieure en général à 10 jours, se fait en milieu hospitalier pour surveiller d’éventuelles complications (hématomes, fatigue ou phlébite).

Après une période de rééducation fortement conseillée, des effets secondaires peuvent perdurer. La conséquence de l’ablation de la prostate reste donc en premier lieu l’incontinence urinaire (à l’effort ou par impériosité). Les troubles de l’érection sont aussi une conséquence de vivre sans prostate.

Opération prostate et conséquences

L'incontinence urinaire après une prostatectomie totale

Elle est liée au fait que lors de l’intervention chirurgicale les muscles de la vessie et les sphincters sont incommodés. Cet effet secondaire est souvent diminué par une rééducation sphinctérienne. Toutefois, des fuites importantes peuvent, dans quelques cas, perdurer plusieurs mois après ablation prostate.

Elles surviennent notamment en cas d’effort, ou quand la fatigue s’installe en fin de journée. Moins de 5 % des patients endurent une incontinence permanente comme conséquence de l'ablation de la prostate. Alors, de nouvelles interventions chirurgicales (pose d’un sphincter artificiel, de bandelette sous urétrale qui maintiennent et l’urètre et la vessie, ou de ballonnets) sont envisagées.

Ablation de la prostate et impuissance

La dysfonction érectile après ablation de la prostate apparaîtra en fonction de différents facteurs. Le premier impératif est la conservation d’une ou au mieux des deux bandelettes vasculo-nerveuses. Effectivement, ces faisceaux entourant le système veineux et nerveux de la verge se trouvent latéralement à proximité de la prostate.

La prostatectomie radicale entraînera forcément des défaillances passagères en lien avec la récupération. Toutefois en cas d’atteinte profonde de ces « bandelettes érectiles » l’impuissance sera plus importante. Plus le patient sera jeune, et plus le risque d’impuissance sera minimisé.

De même si ce dernier présente un mode de vie équilibré, et une sexualité active avant l’ablation totale de la prostate il aura plus de chance de maintenir une fonction érectile satisfaisante.

Des solutions mécaniques contre les conséquences de l'ablation de la prostate

Libérez-vous des fuites urinaires

La pince pénienne Stop Uri présente une solution quotidienne pour retrouver ses activités en toute liberté. Elle a été mise au point par un ancien patient ayant subi une prostatectomie. Agissant de manière mécanique en se substituant aux sphincters défaillants, elle se positionne grâce à des barrettes de serrage afin de s’adapter à la morphologie de chacun.

L’ablation de la prostate et ses conséquences urinaires disparaissent. Pouvant être utilisée durant la rééducation après une opération de la prostate, elle vise à rendre le patient autonome dans la gestion de sa vie quotidienne et ses activités. Sans effet secondaire, elle peut être choisie pour une incontinence faible ou sévère.

Prostatectomie et impuissance, ce n'est pas une fatalité

Le Rehabi est pensé pour permettre une rééducation pénienne après opération prostate. Favorisant, la vascularisation du corps caverneux, ce dispositif médical est conseillé pour limiter les conséquences de l’ablation de la prostate en lien avec les fonctions érectiles.

Contrairement au vacuum manuel ou électrique, son but n’est pas de maintenir l’érection, mais bien d'aider la verge à retrouver un mouvement normal. Pour avoir une érection correcte en vue d’une activité sexuelle, la pompe à érection (manuelle ou électrique) sera plus appropriée.

 

   

Article précédent Article suivant